Les acquis du bilan familial depuis 2012

Promotion des femmes-familles

Les lignes d’action tracées par le Gouvernement tournent autour de l’équité et l’égalité de genre, les infrastructures et équipements de base, la promotion socio-économique des femmes et des familles. Ces actions concourent à la satisfaction des besoins exprimés par les femmes et les familles à travers la promotion des droits des femmes, la lutte contre les violences basées sur le genre et l’institutionnalisation du genre dans les administrations publiques ; l’accès des femmes et familles aux infrastructures et équipements sociaux de base ; le renforcement des capacités des femmes.

Promotion des droits des femmes

Les actions de communication concernent les campagnes de sensibilisation sur les discriminations à l’égard des femmes mais aussi la vulgarisation de la loi sur la parité rendue effective lors des élections locales de 2014. La politique genre a connu un nouvel élan avec l’institutionnalisation des mécanismes de prise en charge de la question genre dans les ministères sectoriels. En effet, la mise en œuvre de la Stratégie nationale d’Equité et d’Egalité de Genre (SNEEG) a permis la mise en place de dix-neuf (19) cellules genres dans les Ministères et le renforcement des capacités des agents de ces structures sur l’approche genre.

Lutte contre les Violences basées sur le Genre (VBG)

Elle a connu des succès avec la baisse significative des communautés adeptes des pratiques néfastes (excision). Six mille cent soixante-seize (6176) déclarations publiques d’abandon de l’excision ont été prononcées par lesdites communautés.

En outre, en relation avec le Ministère de la Justice, le processus de révision de la législation nationale est entamé afin de supprimer les textes législatifs et réglementaires discriminatoires à l’égard des femmes. Ainsi, les travaux de révision ont permis de faire l’état des lieux et de s’orienter vers des nouveaux textes sur l’âge du mariage (article 111), la puissance maritale (article 152), les causes de divorce (166), etc.

Institutionnalisation du genre dans les administrations publiques

Pour renforcer les capacités du Sénégal à mesurer et suivre l’évolution des discriminations de genre, le Ministère avec l’appui d’ONU Femmes et de la Coopération italienne est en train de développer la méthodologie « Social Institution and Gender Index » (SIGI) afin d’enregistrer les progrès en matière d’autonomisation des femmes et des jeunes filles.

Protection sociale

Le ministère a surtout ciblé l’accès des couches vulnérables aux infrastructures et équipements sociaux de base, l’appui aux capacités de résilience des femmes, le soutien des familles en difficultés. Ainsi, des projets et programmes ont été conçus pour assurer aux populations indigentes un meilleur bien-être. A cet égard, le Projet intégré de Développement économique et social (PIDES), le Programme de Réduction de la Pauvreté et de Promotion des Dynamiques Economiques et Sociales (PRODES) et le Projet d’Alphabétisation et d’Apprentissage de Métiers pour la Lutte contre la Pauvreté (PALAM) ont réalisé un nombre significatif d’infrastructures communautaires dans leurs zones d’intervention au niveau des secteurs de l’éducation, de la santé et de l’hydraulique.
Les principales réalisations sont les suivantes :

  • la construction de cent quatre-vingt-dix (190) écoles communautaires de base ;

  • la construction et l’équipement de sept (07) infrastructures sanitaires ;

  • la construction et l’équipement de dix (10) structures éducatives ;

  • la construction et l’équipement de deux (02) garderies d’enfants ;

  • la construction de quatre ouvrages d’adduction d’eau potable ;

  • la construction et l’équipement d’un (01) foyer de la femme et d’une (01) maison de la femme ;

  • la construction et l’équipement de deux (02) Centres intégrés de Développement économique et social (CIDES) ;

  • la construction et l’équipement de trois (03) crèches communautaires et la réhabilitation de quatre (04) autres ;

  • la construction et l’équipement de trois (03) Centres départementaux d’Assistance et de Formation pour les Femmes (CEDAF).

Lutte contre la vulnérabilité des populations

Au-delà de l’assistance apportée à plus de vingt mille (20 000) familles, le Ministère a inscrit en 2015 une nouvelle innovation dans le dispositif des filets sociaux avec la mise en place d’un programme de bourses économiques en faveur des couches vulnérables. A travers ce programme, cinq mille deux cent un (5201) ménages pauvres ont bénéficié d’apports financiers leur permettant de mener des activités génératrices de revenus afin qu’ils deviennent de vrais agents économiques.

Maintien des filles à l'école

Un programme de bourses d’excellence pour l’appui aux jeunes filles dans les filières scientifiques, la formation professionnelle et/ou technique a été initié par le MFFE avec l’appui du Centre de la CEDEAO pour le Développement du Genre (CCDG). Ce programme a permis à quatre-vingt-dix-huit (98) filles ayant une moyenne supérieure 14/20 de bénéficier de bourses d’études d’un montant global de trente et un millions neuf cent quatre-vingt-dix-huit mille quatre cent (31 998 400 francs CFA).

Prise en charge des femmes atteintes de fistules obstétricales

Avec l’appui de la CEDEAO, il été a mis en place la Maison d’Accueil et de Réinsertion des Femmes souffrantes de Fistule obstétricale (MARFO DIWANU TAWFEEX). Entre 2015 et 2016, vingt-cinq (25) femmes et filles ont pu être opérées. Elles ont bénéficié d’un accompagnement psychosocial et d’un fonds de réinsertion socio-économique d’une valeur totale de treize millions cinq cent mille (13 500 000 francs CFA).

Promotion socio-économique

Le renforcement des capacités techniques et managériales des femmes constitue une dimension essentielle de la stratégie d’autonomisation des femmes. Ainsi, les sessions de formation ont permis d’outiller quatre-vingt mille (80 000) femmes dans les chaines de valeur telles que la transformation des produits agricoles, halieutiques et artisanaux, la couture, le micro-jardinage et la gestion administrative et financière. Plus de quatre cent (400) Petites et Moyennes Entreprises (PME) ont été créées pour accompagner les initiatives des femmes et renforcer leur contribution au Produit national brut (PNB).

Lutte contre la mendicité infantile

Grâce à l’appui des partenaires techniques et financiers, le ministère a développé de nouvelles stratégies pour éradiquer ce fléau préjudiciable à l’enfant. En effet, trente mille trois cent quatre-vingt-quinze (30395) enfants-talibés et enfants de la rue ont bénéficié des services du Ministère (retrait de la rue, accueil et prise en charge dans le centre GUINDI, retour d’enfants en famille, appui au daara etc.…). Aujourd’hui, le processus de formulation du cadre juridique de protection de l’enfant (projet du code de l’enfant) pour favorise la promotion et le respect des droits de cette frange vulnérable, est en cours.