Le temps des réalisations: 2012-2022

L’année 2012 est une année charnière dans l’histoire politique et administrative du Sénégal avec l’avènement d’un nouveau régime porteur de réformes. Au titre du secteur des sports, plusieurs chantiers furent ouverts sur la base des orientations définies dans le programme de Son Excellence Monsieur Macky Sall, Président de la République. Dès 2013, deux processus majeurs sont lancés : élaboration d’une nouvelle politique sportive et réforme du cadre juridique du sport. Mais, parallèlement se poursuit la mise en œuvre des programmes d’avant 2012, notamment l’achèvement du programme d’infrastructures sportives avec la République populaire de Chine.

Construction, réhabilitation et mise aux normes des infrastructures sportives

La période 2012-2016 a été marquée par des actions d’envergure en matière d’infrastructures sportives. La prise en charge des infrastructures sportives a connu depuis 2012, de grands bonds en termes de choix des investissements et en termes de volume financier mobilisé. Ainsi, l’Etat a fait le choix des infrastructures sportives à l’image du Plan Sénégal émergent (PSE) qui accorde une grande priorité aux infrastructures.

Dans le budget de 2017, la part allouée à la construction et à la réhabilitation des infrastructures sportives représente 70,16% soit 12 374 000 000 CFA.

  • Le programme de modernisation et de réhabilitation des stades régionaux, démarré en 2007, a permis la remise en état de onze (11) stades régionaux. Le programme s’est achevé en 2014.

  • Dans le souci de poursuivre le maillage du territoire national, un nouveau programme est mis en œuvre pour doter les régions de Kaffrine, Sédhiou et Kédougou d’infrastructures sportives de qualité.

En 2014, le Ministère des Sports a entrepris des travaux de construction d’infrastructures sportives qui portent sur:

  • l’arène Ndiaye Ndiaye de Fatick ;

  • les plateaux-multifonctionnels à Thionckessyl, Taiba Ndiaye, Noto Diobass, Mbirkilane;

  • le mur de clôture et la grille de protection dans diverses localités de Fatick et de Matam ;

  • les grilles de protection des stades de Vélingara et de Ngoundiane.

Concernant les ouvrages existants, les travaux de réhabilitation ont porté sur:

  • l’achèvement des travaux de quatre (04) stades dans le cadre de la coopération chinoise: Louga, Tambacounda, Fatick, Kolda ;

  • la réhabilitation de quatre (04) autres stades dans le cadre du BCI 2014 (stade Caroline Faye de Mbour, Léopold Sédar Senghor, Amadou Barry et Demba Diop).

En 2015, le Ministère des Sports a entrepris la construction de plusieurs infrastructures notamment le stade municipal de Sédhiou ; le parcours sportif de Fatick. Concernant les ouvrages existants, les investissements ont porté sur la réhabilitation des stades de Néma de Ziguinchor, Bignona, Sokone, Foundiougne, Joal-Fadiouth et Thilogne. D’autres travaux de réhabilitation de grande envergure sont réalisés sur les stades Demba DIOP, Marius NDIAYE, Alassane Djigo.

Les importants travaux de mise aux normes des stades Caroline Faye de Mbour, Léopold Sédar Senghor et Iba Mar Diop ont permis au Sénégal d’honorer son engagement d’abriter la CAN de football des moins de vingt ans et des moins de vingt-trois ans (CAN U20 et U23).

En 2016, le Ministère des Sports a poursuivi le programme de construction, de réhabilitation et de mise aux normes des infrastructures avec le démarrage de la construction de l’Arène nationale, du Palais des Sports, pierre angulaire de la Cité olympique de Diamniadio ; la réhabilitation des stades Alassane Djigo, Lat-Dior de Thiès et du stade municipal de Sédhiou ; les études techniques pour la construction des stades régionaux de Kaffrine, de Sédhiou et de Kédougou, sont terminées ; les murs de clôture des terrains de football de Diakhao, Malicounda et Ndangalma sont en cours de réalisation. S’agissant de l’entretien et de la maintenance des infrastructures sportives, une convention a été signée avec la République populaire de Chine qui va assurer l’entretien, la maintenance des stades régionaux.

La relance du sport scolaire et universitaire

La relance du sport scolaire et universitaire a été marquée :

  • par l’organisation régulière de championnats départementaux et régionaux scolaires dans différentes régions ainsi que des compétitions universitaires dans les circonscriptions administratives disposant d’universités publiques et d’Instituts d’enseignement supérieur;

  • la création en 2014 d’un comité national du sport universitaire en relation avec le Ministère en charge de l’Enseignement supérieur et la mise en place en 2015 du comité national de gestion et de relance du Sport scolaire en relation avec le Ministère de l’Education Nationale.

  • Amélioration des performances des sportifs sénégalais aux compétitions internationales

En plus des performances traditionnelles du Sénégal, les résultats obtenus depuis 2012 ont permis de constater une progression significative dans la préparation et la participation de la petite catégorie aux compétitions internationales La nouveauté ; c’est la mise en place du programme Elite-jeunes Génération 2024 en perspective des Jeux olympiques de l’année 2024.

Si l’année 2012 a été marquée par la participation aux Jeux olympiques de Londres et l’année 2013 la participation aux Jeux de la francophonie ; en 2014, la participation du Sénégal aux compétitions internationales s’est faite, à travers quarante (40) opérations intéressant vingt-neuf (29) disciplines sportives.

Les résultats sportifs pour l’année 2014 sont :

  • Titre mondial : 3ème rang mondial avec 5 médailles en or ;

  • Titre continental : 2 médailles en or.

En 2015, la représentation du Sénégal s’est faite, à travers quarante-deux (42) opérations intéressant trente-quatre (34) disciplines sportives.

Les résultats sportifs pour l’année 2015 sont :

  • Médailles mondiales : 2 0R Abdoulaye SECK, en Fighting system et en combat libre de Ju Jit su ;

  • Médailles continentales : 26 dont 07 en Or, 03 en argent et 13 en bronze ;

  • Jeux africains : le Sénégal s’est classé 7e avec 36 médailles dont 7 en or, 10 en argent et 19 en bronze; 

  • Tournoi de la CEDEAO (lutte) : 09 en or, 1 en bronze, soit 10 médailles.

NB : Le classement du Sénégal s’est plus ou moins stabilisé en Afrique (6ème place) avec toutefois une avancée significative à travers la médaille d’or en football aux jeux africains (une première dans la discipline). Le basket féminin a reconquis son titre continental perdu en 2011. Alors que le basket masculin qui a retrouvé son lustre d’antan a été quart de finaliste de la coupe du monde en Espagne 2014.

En 2022, le Sénégal remporte la première Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football de son histoire

Son Excellence Monsieur Macky SALL a inauguré, le 22 février 2022 , le Stade du Sénégal - Abdoulaye Wade.

Le stade du Sénégal Abdoulaye Wade est prévu pour accueillir les Jeux olympiques de la jeunesse de 2026, il dispose d'une capacité de 50 000 places.

Les ressources humaines

En 2013, le Ministère des Sports a élaboré un  Plan de formation des cadres du secteur qui est en cours d’actualisation pour sa meilleure prise en charge budgétaire.

Par ailleurs, la formation des entraineurs dans différentes disciplines s’est poursuivie : 150 en 2014, 100 en 2015, 308 en 2016. En outre, chaque année, des bourses sont accordées pour la formation et le perfectionnement de nos entraineurs à l’étranger.

En mai 2012, le Centre pilote de détection et de formation des jeunes talents sportifs de Fatick a été officiellement installé. Toujours dans le cadre de la formation, le Centre National d’Education populaire et sportive (CNEPS) de Thiès forme, depuis 2011, des professeurs des sports et d’éducation physique de Collège d’enseignement moyen (PSEP).

Renforcement de la contribution économique du sport

Dans la politique sectorielle des Sports, le renforcement de la contribution économique figure en bonne place parmi les priorités. Il s’agit là d’une modalité essentielle de l’opérationnalisation de l’objectif sectoriel assigné par le PSE qui classe le sport dans « l’axe 1 : transformation structurelle de l’économie et croissance » ; c'est-à-dire parmi les secteurs de création d’opportunités économiques et d’emplois. Elle passe par la promotion des métiers du sport et des métiers liés au sport, la professionnalisation des acteurs et de la pratique du sport et par l’amélioration de la qualité de l’offre sportive du Sénégal.

La promotion des métiers, des métiers lies au sport et des emplois

La branche sport, c’est-à-dire les activités relatives à la pratique, à l’encadrement sportif et aux activités connexes, représente un nombre important d’emplois et de métiers qu’il convient d’estimer et de consolider. A ce titre, le Ministère des Sports a engagé l’élaboration d’un répertoire des métiers du sport et des métiers liés au sport.

Le projet structurant qui sera développé dans ce cadre, à savoir le Projet de promotion des métiers du Sport et des métiers liés au sport est déjà inscrit parmi les projets du Plan d’Actions prioritaires (PAP) ; l’étude de faisabilité complète du projet en train d’être menée par un Cabinet commis à cet effet. 

Amélioration de la qualité de l’offre sportive du Sénégal pour soutenir le tourisme sportif et les domaines connexes

L’amélioration de la qualité de l’offre sportive du Sénégal suppose d’augmenter les capacités infrastructurelles aux plans qualitatif et quantitatif pour accueillir des compétitions sportives d’envergure. Pour y arriver l’Etat a entamé la construction d’infrastructures sportives modernes et polyvalentes à même d’accueillir des événements sportifs et culturels de grande envergure avec un impact sur le tourisme et les domaines connexes. L’Arène nationale de lutte d’un montant de 32 milliards FCFA et le Palais des Sports de Diamniadio sont les premières infrastructures à être engagées.

La prise en charge budgétaire

Depuis 2013, on note une amélioration dans le financement public du sport, le gouvernement s’attèle progressivement à réaliser l’engagement du Président Macky Sall de porter le budget dédié au sport à hauteur de 1% du Budget national.