Vous êtes ici

Cérémonie de lancement des travaux de construction du Pont de Rosso: Discours de Son Excellence Monsieur le Président Macky SALL
SGG/SI
Discours
Article
mar, 30 nov 2021

Excellence, Monsieur Mohamed Ould Cheikh El-Ghazaouani, Président de la République Islamique de Mauritanie, cher frère,

Messieurs les Ministres en charge des infrastructures de la République Islamique de Mauritanie et du Sénégal,

Monsieur Solomon Quaynor, Vice-Président de la Banque Africaine de Développement,

Excellences, Madame l’Ambassadeur Irène MINGASSON, Cheffe de la Délégation de l’Union européenne au Sénégal,

Excellence, Monsieur l’Ambassadeur Gwilym Jones, Chef de la Délégation de l’Union européenne en Mauritanie,

Monsieur le Représentant de la Banque Européenne d’Investissement,

Monsieur le Wali de Trarza,

Monsieur le Gouverneur de la Région de Saint-Louis,

Monsieur le Maire de Rosso,

Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président, cher Frère, je tiens tout d’abord à vous remercier du fond du coeur pour l’accueil chaleureux et fraternel que nous recevons toujours en cette terre si hospitalière de Mauritanie.

Merci, chères populations de Rosso, pour votre mobilisation enthousiaste, qui en dit long sur la joie qui nous habite tous, chaque fois que nous nous retrouvons sur les bords de ce fleuve, havre de paix, de fraternité et d’harmonie socio culturelle.

Avec l’Organisation pour la mise en Valeur du Fleuve Sénégal et ses nombreuses réalisations depuis 1972, nos anciens ont tracé droit le chemin et balisé la voie à suivre pour bâtir notre destin partagé. Ce faisant, ils avaient mis à notre charge la responsabilité de poursuivre la marche de l’histoire.

En ce jour historique du 30 novembre 2021, nous sommes en effet dans la continuité de l’histoire. Sur les traces de nos anciens, nous pouvons être fiers d’eux ; et fiers d’assumer leur héritage en ajoutant une nouvelle pierre à notre édifice commun.

Ce projet dont nous lançons les travaux aujourd’hui, est un ouvrage stratégique de franchissement du fleuve pour relier ses deux rives et fluidifier la circulation des personnes et des biens entre nos deux pays.

Mais sa vocation va bien au-delà ! Plus qu’un ouvrage de franchissement, le Pont de Rosso sera, en effet, un puissant trait d’union entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne.

Il constitue un maillon essentiel du corridor transcôtier Tanger – Casablanca – Nouakchott – Dakar – Abidjan – Lagos, et s’ajoute harmonieusement à la chaine des infrastructures d’intégration africaine.

De plus, en facilitant l'interconnexion routière de nos pays, il offre une nouvelle perspective aux réseaux de transport et aux échanges commerciaux, de l’Atlantique à la Méditerranée. Il revitalise ainsi le commerce historique transsaharien.

C’est un projet prioritaire du NEPAD, à travers le Programme de Développement des Infrastructures en Afrique, que nous traduisons aujourd’hui en actes, avec un ouvrage qui s'étend sur 1461 mètres de long, 14,55 mètres de large, et 8 km de routes d’accès.

A cela s’ajoutent différentes réalisations, toutes aussi importantes pour le développement et le bien-être de nos populations ; notamment, du côté du Sénégal, 65 Km de pistes de production, une gare routière, un marché, un poste de santé, une plateforme multifonctionnelle pour les femmes et la réhabilitation de quatre écoles.

Dans toutes ses composantes, le Pont de Rosso est financé à hauteur 87,63 Millions d’Euros par nos deux Etats, avec le concours de la Banque Africaine de Développement, de l’Union Européenne et de la Banque Européenne d’Investissement.

BAD, UE et BEI : nous retrouvons, encore une fois, trois partenaires traditionnels qui nous accompagnent souvent dans la réalisation de projets stratégiques prioritaires comme celui qui nous réunit ici.

Je voudrais remercier vivement le Président Akinwumi ADESINA ainsi que les autorités de l’Union européenne et de la BEI, pour leur appui constant à nos efforts de développement.

Les chantiers de l’émergence sont vastes et coûteux. Mais nous sommes déterminés à construire plus de routes, d’autoroutes, de ponts, ports, aéroports, chemins de fer et autres infrastructures de base ; parce que c’est la voie obligée de l’émergence et du développement.

Il est heureux que nos partenaires continuent d’être à nos côtés sur les chantiers de l’émergence.

Au-delà des infrastructures, nous avons aussi la volonté de supprimer toutes les entraves indues à la libre circulation des personnes et des biens le long de nos frontières.

Je me réjouis, à cet égard, de l’Accord pour la suppression de la pratique de rupture de charge à la frontière.

En outre, il sera procédé de part et d’autre du fleuve, à la construction de postes de contrôles frontaliers et à l’harmonisation des procédures douanières des deux Etats, en vue de limiter les contrôles aux frontières.

Ces importantes mesures s’inscrivent dans la finalité même du pont qui est de faciliter le franchissement du fleuve, d’assurer la fluidité du transport et des échanges, et de simplifier la vie aux transporteurs et aux passagers.

J’engage tous nos services compétents à travailler ensemble dans un esprit de collaboration fraternelle pour accomplir ces tâches avec diligence, comme ce fut le cas lors de l’élaboration de la Convention fiscale conclue pour les besoins du chantier.

Il conviendra également, de définir un mode de gestion et d’exploitation viable, qui permettra de sécuriser les moyens nécessaires pour assurer l’entretien de l’ouvrage et la durabilité des importants investissements consentis.

Je félicite tous nos collaborateurs de la Mauritanie et du Sénégal engagés dans la réalisation de ce projet. C’est une mission exaltante que nous devons à nos peuples.

Je félicite également l’entreprise Poly-Changda, attributaire du marché des travaux après un appel d’offres international, ainsi que le groupement STUDI/SETEC/SACI chargé de la supervision des travaux et les exhorte à travailler dans le respect des impératifs de diligence, de qualité, de maîtrise des coûts et de livraison de l’ouvrage dans les délais convenus.

Enfin, et surtout, je tiens à rendre un vibrant hommage à mon frère, le Président Mohamed Ould Cheikh El-Ghazaouani, avec qui je travaille la main dans la main sur tous nos projets d’intérêt commun, dans un bel esprit de fraternité et de bon voisinage.

Si nous sommes en train de réaliser ce vieux rêve des populations des deux rives du fleuve, c’est en grande partie grâce à la volonté politique et au leadership du Président GHAZOUANI. Sans son engagement résolu, les travaux de ce pont n’auraient pas démarré.

Monsieur le Président et cher frère, merci, bravo et félicitations.

Ensemble pour toujours, continuons de bâtir le patrimoine commun qui nous unit, qui fortifie nos liens ancestraux et prépare l’avenir de nos deux peuples, génération après génération.

Vive l’amitié et la fraternité sénégalo mauritaniennes !